jeudi 18 mars 2021

Gilles Dominique

 Succès du Jour

Gilles Dominique vous présente ce "Tiercé Panorama" qui n'est autre qu'un EP de reprises, avec le maître d'oeuvre qui vous chante "Donna, Donna" et "L'Orange" à sa sauce à lui.

L'intérêt du disque, je trouve, vient du titre instrumental "Transcontinental" interprété par James Award et son orchestre.

Concernant cette série "Tiercé Panorama" elle reprendra de nombreux tubes des années 60 comme "Si j'avais un marteau, Le sifflet des copains, Ecoute dans le vent, etc etc" Je me demande si cet exercice permettait de vendre ces enregistrements meilleurs marchés que les originaux ? Autrement je ne vois pas l'intérêt !

Concernant Gilles Dominique, il participera à cinq EP de la collection et passera son tour.


A) Gilles Dominique - Donna, Donna (C. François / V. Buggy / S. Secunda)
B1) Gilles Dominique - L'orange (G. Bécaud / P. Delanoë)
B2) James Ward - Transcontinental (Prévost)
☝ 1965

15 commentaires:

  1. Sur la pochette avec son chapeau on dirait Algernon petit
    Savais pas moi qu'il avait fait des disques

    RépondreSupprimer
  2. Ton commentaire sur le fait de vendre les originaux à meilleur marché, et un peu la chanson du coup, me fait penser au disques plastiques souples qu'on trouvait dans les lessives, entre autres. Ok je sors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle époque bénie, y'avait des cadeaux partout, enfin presque.

      Supprimer
  3. Pour "Daunat, Daunat", je suis pris en sandwich entre la version de Gilles Dominique et celle de Mr 200v...
    Sinon, moi aussi je préfère souvent les instrumentaux. Que je trouve délicieusement désuet et me rappelle, par exemple, la sauterie des "Tontons flingueurs" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens une idée de compilation, retrouver ces moments désuets pour en faire un petit best. 😱

      Supprimer
    2. Il y a de quoi en faire toute une collection...

      Supprimer
    3. C'est peu de le dire, en effet.

      Supprimer
  4. Panorama et Saphir étaient des labels budget que l'on trouvait au début des 60s dans les Monoprix et Prisunic. Avec mon petit argent de poche j'en ai acheté pas mal à l'époque.
    James Award et Prévost étaient des pseudos de Claude Vasori qui allait devenir le grand Caravelli.
    JJ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il avait déjà tout d'un grand... Superbe instrumental...

      Supprimer
    2. Quand on sait tout, on comprend mieux pourquoi on a des préférences, c'est le cas avec James Award, merci à JJ pour cette information essentielle, en effet elle l'est.

      Supprimer
  5. Sans aucun rapport avec le duo Dominique & Gilles que l'on retrouve sur certaines compils 60's... (Le Gilles en question étant Gilles Olivier dont a déjà parlé sur nos blogs)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. GIlles & Dominique (Dans le bon ordre comme au tiercé)

      Supprimer