jeudi 30 juin 2022

Alain Lagoardette

 Jacques Brel comme parrain

Alain Lagoardette aurait pu avoir pire comme soutien pour ce disque, Jacques Brel s'y est collé et n'est pas resté en arrière avec les gentils mots concernant l'artiste et son disque "Viens" en 1967.

Mais bon, ça n'a pas suffit, car ce disque qui est le deuxième, sera le dernier du gaillard, dommage, car il y avait une certaine couleur dans son "chanter", je suis resté "conquis" et vous ?


A1) Viens (A. Lagoardette)
A2) Je le deviendrai (A. Lagoardette)
B1) Si ma guitare (H. Contet / A. Lagoardette)
B2) C'est tellement beau (A. Lagoardette / L.T. Vaubourdoin)
Arrangements et direction d'orchestre : François Rauber
Au Piano : Gérard Jouannest.
Le tout en mono.
℗ 1967


12 commentaires:

  1. Délicieusement suranné...
    Mais je comprends que cela n'ait pas marché.
    En 67, cela sonnait déjà vieillot pour les jeunes de l'époque par rapport à Johnny, Dutronc ou Antoine...

    RépondreSupprimer
  2. Un artiste inconnu pour moi , merci je vais découvrir
    Titis

    RépondreSupprimer
  3. Je comprends pourquoi le grand Jacques s'est porté caution pour cet artiste

    RépondreSupprimer
  4. TonTon Avez-vous de la musique de tarentelle ? https://www.youtube.com/channel/UCuk5Hl-3z9deshX-J44tdCg

    RépondreSupprimer
  5. copier coller de Brel mais plutôt réussi quand même.

    RépondreSupprimer