mardi 21 février 2017

Paris Express

En voiture... LP 1968

EMI Columbia ont parié sur les chemins de fer dans les années 60, avec la sortie de différents disques avec comme point commun le Train.
Difficile de trouver pourquoi ils ont fait cela, à moins que se ne soit juste pour nous dire : voilà de la bonne musique à emporter en voyage ! (on va dire merci à Karl du partage).
C'est les vacances de neige pour les jeun's, alors je passe très vite et j'en profite pour remercier tous ceux et toutes celles qui me font parvenir ce genre de fichiers, c'est très gentil. Je ne garanti pas que je posterai tout, mais de temps en temps, quand il n'y a pas trop d'idée et bien je choisi celui qui me plaît à ce moment.



Seite A
Enrico Macias - Les millionnaires du dimanche (Macias - Ayela - Demarny)
Richard Anthony - Les mains dans les poches (Miller - Salvet - Anthony)
François Deguelt - Minuit, le vent, la nuit ( Deguelt - Mottier)
Julien Clerc - Julien (Clerc - Vallet)
Georges Jouvin - Toi, Toi, Toi (J. Kluger)
Guy Bontempelli - La femme (Bontempelli)

Seite B
Adamo - Quand passent les gitans (Adamo)
Karel Gott - Solitude (Tausend Fenster) (Jürgens - Brandin - Salvet - Delancray)
Régine - La grande Zoa (Botton)
Jean-Claude Pascal - Göttingen (Barbara)
Yvette Horner - Emmenez-moi (Aznavour)
Noël Cognac - Monsieur le professeur Barnard (Giraud - Picot)

Paris Express
ticket de secours

6 commentaires:

  1. S'agissant de disques allemands (DB = leur SNCF), leurs trains étaient une métaphore pour effectuer un voyage musical thématique (comme on peut le voir sur les autres pochettes).
    Ici c'était pour faire découvrir une certaine vision de la variété française outre-Rhin...
    MAis ce disque est plus intéressant qu'il n'en a l'air car ce n'est un aréopage de succès ressassés et mis à part le Macias et Régine, ce sont des titres peu ou pas entendus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli, le coup de "aréopage" j'ai du regarder la définition (j'avoue) autrement c'est juste de dire que les titres sont comme je les aime ... "peu ou pas et voir même perdu". :-()

      Supprimer
  2. "Solitude" est la VF de "Tausend Fenster", la chanson autrichienne de l'Eurovision 68, par Karel Gott, tchèque ou slovaque mais ayant une carrière dans les pays germanophones à l'époque. La chanson est co-écrite par Udo Jürgens qui gagna le concours pour l'Autriche en 1966.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien ne t’échappe à propos de l'Eurovision :-) Je me suis écouté la version allemande de solitude, c'était pas mal quand même.

      Supprimer