vendredi 27 janvier 2017

Dusty Springfield

Dusty chante en français

Dusty Springfield, la divine à la voix légère et cristalline, essayera aussi de faire des disques en français. Cet EP sorti en 1965 est une adaptation de ses tubes anglais de la même période. J'aime tout de Dusty Springfield et je crois que l'entier de sa discographie est ressortie en CD, à quelques exceptions, comme certains maxis des années 80.
Pour en revenir à ce disque, je trouve que la magie de sa voix perd un peu de sa majesté, à chercher ses mots en français, elle oublie de se servir pleinement de sa voix et c'est dommage, voir même triste. 
Donc ces adaptations sont pour moi, un peu inutiles et surtout pour découvrir l'artiste, il est recommandé de les laisser de côté, certaines reprises en français, par d'autres artistes, sont plus présentes dans la mémoire (Richard Anthony, Sheila, Les Surfs, etc) et elles ont un peu biaisé mon jugement.

A1) Demain tu peux changer (Goffin - King - Vendôme)
A2) L'été est fini (T. Springfield - C. Westlake - A. Salvet)
B1) Je ne peux pas t'en vouloir (T. Springfield - C. Westlake - F. Gérald)
B2) Reste encore un instant (I. Raymonde - M. Hawker - J. Revaux - G. Molet)

Dusty (1965)


6 commentaires:

  1. Ce n'est pas évident de donner la bonne intonation quand ce n'est pas sa langue natale. Ça s'entend moins sur le deuxième extrait plus calme et plus proche d'une Petula Clark.
    Dusty en anglais reste du nanan. En français c'est plus gnangnan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore en anglais que des bons moments, je trouve

      Supprimer
  2. Elle a l'excellent orchestre d'Ivor Raymonde, comme Richard Anthony. Ca s'entend !
    Vocalement c'est très bon. Les petites imperfections amènent un charme je trouve. On pourrait aussi citer Sandie Shaw dans l'exercice.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi la version italienne, y'a un mieux :-()

      Supprimer
  3. L'accent est le plus dans ces chansons.
    C'est vrai par contre que lorsque que l'on connaît la V.O. cela fait un peu bizarre parfois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet c'était ma pensée : la vo fausse l'appréciation de l'adaptation.

      Supprimer