mardi 10 mai 2016

Saint-Tropez

Je t'aime ...moi non plus aussi

Comme beaucoup de groupe disco des années 70, Saint-Tropez est né d'une idée de managers voulant faire de l'argent. Ces derniers avaient déjà rencontré le succès avec "El Coco" et "Pamplemousse". Cette fois ils feront une reprise du tube de Birkin et Gainsbourg, dans une version ménage à trois, assez lesbien sur les bords pour lancer ce projet qui marchera très fort dans les clubs. Les slows étaient longs...très longs est assez érotiques et les tubes disco-dance très bons. Le single qui nous occupe est extrait du troisième LP, sorti en 1982 et tournera beaucoup sur les platines grâce au titre Midnight Fantasy.



1) Femmes Fatales (AJ. Cervantes - Ron Altbach) 6:38
2) Midnight Fantasy (C. Matthews - Stan Sheppard) 4:22

7 commentaires:

  1. Aussi étrange que ça puisse paraître, moi qui suis un fan du disco, ce groupe ne m'a jamais vraiment parlé ! Trop superficiel sans doutes. Par contre El Coco si,....allez savoir pourquoi !?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve qu'elles se sont améliorées de LP en LP, le premier étant le moins bon à mon avis.

      Supprimer
  2. Je ne connaissais d'elles que "Belle de jour" un slow-disco langoureux...
    "Femmes fatales" est dans la continuité. J'aime bien
    Pour la face B est assez quelconque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant c'est la face B qui a accroché à cette époque, comme quoi. Le slow faisait "déjà vu" suite au sulfureux "violation"

      Supprimer
  3. J'aime le côté chic et classieux des arrangements, qui va bien avec le nom Saint Tropez. Bon, les producteurs semblaient être assez portés sur la chose, quand on regarde les pochettes du projet Le Pamplemousse et que l'on écoute les gémissements omniprésents dans Saint Tropez... Perso, je trouve leur version de "Je t'aime moi non plus" vraiment excellente. Et puis ces slows érotiques sont vraiment enivrants... je suis resté bouche bée en découvrant "Violation" qui décrit plus qu'explicitement l'amour entre femmes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A cette époque (le 1er LP) je me faisais des petits sous comme "pousse-disque" et je dois dire que quand j'ai fait tourner cette chanson et bien "mes danseurs" m'ont regardé avec des yeux assez interrogateurs et curieux.

      Supprimer