samedi 23 janvier 2016

Santa Esmeralda

On est loin du flamenco-disco
Produit par Nicolas Skorsky (attention de ne pas confondre avec l'autre)(je suis assez content de l'effet drapeau au vent) on peut dire que ce 45 tours est la mise à mort du concept de Santa Esmeralda. Même la version de Johnny de l'époque (Mal) était supérieure. Donc il faut bien avouer que ce disque est complétement nul et proûûûût à souhait, mais pourquoi se priver de l'écouter alors ? ! Mais pour ne pas mourir idiot aurait dit la voisine ;) A noter que l'ami Nicolas a produit/écrit pas mal de choses dites "Disco" qui sont encore moins bonnes, je le sais j'en possède (rire général).


Face A : Hush (South - Arrangement Skorsky - Souc) (déjà s'appeler souc !!!) 2'45

Face B : Knives (Skorsky - Goings) 3'19

9 commentaires:

  1. Marrant, hier soir j'étais sur la discographie de Nicolas Skorsky ( à ne pas confondre avec l'écrivain, mouaf !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc tu dois connaître cette merveilleuse production qu'est Cumba Cumba des Monstars, à écouter en urgence :)))

      Supprimer
  2. J'étais sur la discographie de l'interprète (ça ne m'a pas pris toute la soirée). Je découvre presque la carrière du producteur. C'est sûr qu'avec Santa Esmeralda, rien que ça, il a du se faire des brouzoufs.
    Derrière les artisans principaux, je viens de wikipédier que l'on trouvait Jean-Claude Petit, Slim Pezin et Christian Padovan. J'aurais pas cru.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-Claude Petit a écrit de bien meilleures galettes

      Supprimer
  3. Santa Esmeralda, j'ai l'impression que c'est juste un concept. Et que plus le temps passait plus la qualité baissait...
    De mémoire "Cumba Cumba" est un instrumental délirant, style générique d'émission façon Guy Lux. 200 % 70s !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est juste, c'est instrumental et répétitif, oui ça aurait pu servir de générique pour émission TV

      Supprimer
  4. C'est un concept ! L'idée de base génial était une reprise en flamenco de "Don't let me be misunderstood" avec la voix de Leroy Gomez qui apportait un plus !
    Après le départ de Gomez, on est entré de plein pied dans la soupe tchak-boum sans âme et sans originalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Leroy Gomez c'était bien bon, et en plus quel carton

      Supprimer
  5. JE me suis surpris à "apprécier" la face B à l'aveugle.
    Par contre, je ne vois aucun rapport avec le Santa Esmeralda initial...

    RépondreSupprimer